Fanfic : Quand l'amour peut tuer
Créé le 25 novembre 2007
Auteur : Shiya

Quand l'amour peut tuer :


Le soleil se couchait sur le lycée le plus réputé de tout Tokyo. Mayu Wakui et Yoshito Kikuchi se tenaient sur le toit du haut de leurs 18 ans, admirant main dans la main la lueur de l’astre disparaître.
- Kikuchi ?
- Oui ?
- C’est beau hein ?
- Magnifique, mais bien moins que toi. Pour moi c’est toi le soleil, tu es MON soleil.

Mayu sourit et regarda Kikuchi longuement, lorsque ce dernier s’en rendit compte :
- Qu’est ce qu’il y a ?
- Oh rien…
- Alors pourquoi tu me fixes comme ça ?
- Pour rien…
Il détourna la tête pour que son amant ne puisse pas voir les rougeurs sur ses joues.
- Tu veux rentrer ?
- Oui je suis un peu fatigué…
- Ok

Ils se levèrent, la main toujours dans celle de l’autre mais soudainement Mayu lâcha celle de Kikuchi.
- Qu’est ce que tu fais ?
- Chut. Laisse-moi faire.
- Ok…
Il se rapprocha alors de la tête de Kikuchi et l’embrassa tendrement. Kikuchi, surpris mais heureux, le prit dans ses bras et lui rendit ce baiser.
- Je t’aime mon amour.
- Moi aussi je t’aime.

Cela faisait trois ans qu’ils étaient ensemble, une histoire magnifique même si elle avait failli tourner court dès le départ :
Ils avaient 15 ans en ce début de printemps et tout le monde dans leur collège avait prit l’habitude de les voir se tenir par la main. Pourtant quelqu’un voyait cette relation d’un mauvais œil : Takumi. Ce dernier, amoureux de Mayu depuis le premier regard, voulait à tout prix le séparer de Kikuchi. Il avait déjà essayé mais ses tentatives se couronnaient toujours par des échecs.
Mais ce jour là serait différent, il le savait. Il avait décidé de faire croire à Kikuchi que l’autre le trompait. La manipulation pour Takumi, c’était facile.
Il attendit que Mayu et Kikuchi se séparent pour que son plan entre en action.
- Hey Kikuchi, attend moi !
- Salut Takumi ! Ça faisait longtemps qu’on ne s’était pas vus. Tu vas bien ?
- Oui ça va. Dis, tu savais que Mayu traîne souvent avec Murai ces derniers temps ?
- Bah oui ils sont potes, pourquoi ?
- Non non en fait … ils sont plus que des potes. Tu vois pas comment ils se regardent ?
- Oui et ?
- T’es aveugle quoi ? Tu vois pas qu’ils sont ensemble dans ton dos ?
- Bon c’est fini ? T’as sorti toutes tes conneries ?
- Pourquoi tu crois qu’il est distant de toi ces derniers temps ? Enfin bon, je te laisse.
Takumi avait réussi, un doute venait de s’emparer de Kikuchi. C’est vrai que Mayu et Murai sont souvent ensemble, mais de là à le tromper…
Il mit sa main sur son cœur et commença à la serrer, ses larmes qu’il n’avait pas conscience de laisser couler commençaient à lui troubler la vue, et quand dans le couloir il arriva à la hauteur de Mayu, et l’attrapa par le bras.
- Mais qu’est-ce que tu fais, qu’est-ce qui t’arrives ?
- Je dois te parler, c’est important…
Il l’emmena à sa suite jusque devant les escaliers et se retourna pour faire face à son amant.
- Pourquoi tu ne m’as pas dis que tu ne m’aimais plus, pourquoi me l’avoir caché ?
- Mais je t’aime toujours, on peut savoir ce qui t’arrive ?
- Tu le sais très bien ce qui m’arrive, ne fais pas l’innocent…
- Mais enfin Kikuchi, de quoi tu parles ?
- Tu croyais que j’allais rester aveugle longtemps ou quoi ? Je sais très bien que tu sors avec Murai. Pourquoi tu ne m’as pas dis que t’en avais marre de moi ? Si tu voulais me quitter fallait le dire, j’aurais sûrement eu moins mal que de te voir me tromper si ouvertement…

Sur ses mots, Kikuchi partit les larmes aux yeux, il monta l’escalier menant au toit et s’y enferma avant de laisser libre court à ses larmes.
Mayu le suivit et se mit à cogner contre la porte pour tenter de l’ouvrir, il ne comprenait pas cette scène de jalousie et voulait comprendre ce qui arrivait à son amour.
- Ouvre-moi, j’y comprends rien ! Kikuchi ! Ouvre je t’en prie, je ne veux pas que toi et moi ce soit fini… Je t’aime tellement…
De l’autre coté de la porte, Kikuchi n’écoutait pas ce que lui disait le jeune homme. Il fouillait dans sa poche pour en sortit le cutter qu’il gardait toujours sur lui.
- J’ai tellement mal au cœur Mayu, sans toi je veux plus vivre, je ne veux plus vivre… murmura-t-il avant de se planter le cutter dans les veines du poignet. Le sang commençait à couler, mais la douleur qu’il en ressentait n’était rien à coté du déchirement de son cœur. Il recommença plusieurs fois son geste jusqu’à ce que ses forces le quitte.
La pluie commença à tomber quelques instants plus tard, diluant la flaque de sang qui se formait.
- Adieu Mayu, je t’aime mon ange… bredouilla Kikuchi en sentant ses dernières forces le quitter.

De l’autre coté de cette maudite porte de métal, Mayu l’entendit très faiblement, mais l’entendit quand même. Il commença à tenter d’ouvrir la porte par tous les moyens, mais rien n’y fit. Finalement il se jeta de tout son poids contre la porte et fini par la défoncer non sans se déboîter l’épaule dans le choc. Il passa de l’autre coté à toute vitesse pour chercher Kikuchi du regard. Quand finalement il le trouva, il était étendu sur le sol, inanimé et entouré d’une marre de sang.
- KIKUCHI !!!!!!!!!!!!
Il se précipita vers le corps inerte de son amant pour le relever un peu et le serrer contre lui.

- Non tu ne peux pas mourir… J’ai encore tellement besoin de toi pour continuer à vivre mon Kikuchi… Je t’en supplie, tiens le coup.
Il déchira un morceau de sa chemise de manière à faire un bandage à Kikuchi pour stopper l’hémorragie, et hurla de désespoir. Un prof monta en entendant le cri et vit le corps de Kikuchi enlacé par Mayu. Il appela aussitôt une ambulance pour emmener le jeune blessé à l’hôpital. Arrivé sur place, Kikuchi fut emmené d’urgence pour être soigné. Mayu était complètement désorienté, et à peine arrivé à l’hôpital il chercha à rejoindre la chambre où Kikuchi avait été emmené. Arrivé devant elle, il tomba sur un médecin qui sortait, la mine sombre.
- Comment va-t-il ? hurla inconsciemment Mayu
- Il y a très peu de chances qu’il reste en vie, il a perdu trop de sang et nous ne trouvons pas de donneurs compatibles pour pouvoir lui faire de transfusion. Je suis vraiment désolé.
- Non ! Il ne va pas mourir !! Il ne peut pas partir sans moi !!!

Mayu bondit dans la chambre de son amour et s’assit près du lit pour rester là à le regarder en pleurant. Les infirmiers s’affairaient autour de lui, branchant ou débranchant des fils reliés au corps du mourrant. Il ne se souvient plus combien de temps s’écoulèrent, quelques secondes ou plusieurs minutes, mais soudain il entendit un long bip provenant du cardiogramme. On l’écarte alors vivement pendant que des médecins se pressent autour du lit pour réanimer Kikuchi. Pendant plusieurs minutes Mayu assiste impuissant aux efforts de tout le personnel infirmier, incapable de faire quoi que ce soit pour aider. Mais lorsque l’un des infirmiers pose un drap blanc sur le visage de son amour, Mayu sort de sa tétanie :
- Je suis désolé, nous avons fait notre possible mais votre ami n’a pas survécu à ses blessures. Pouvez-vous nous dire où sont ses parents ? lui demanda doucement un médecin alors que Mayu se relevait.
- NON !! Vous mentez ! Il n’est pas mort, il ne peut pas mourir et me laisser seul !!!!
Il monta alors sur le lit, se mit à califourchon sur le corps de Kikuchi, et le secoua, le secoua, le secoua…
- Réveille-toi !! C’est pas drôle… Kikuchi je t’en prie… réveille-toi, j’ai besoin de toi… s’époumonait Mayu pendant que plusieurs mains essayaient de lui faire lâcher son ami.
Mais c’était la triste réalité, Kikuchi était bel et bien mort, et avant que quiconque ne puisse l’en empêcher, Mayu sorti le cutter qu’il avait récupéré sur le toit et se taillada les veines en pleurant les larmes de tout son corps. S’il ne vivait plus il retrouverait sûrement son amour…
A ce moment précis, on ne sait par quel miracle, Kikuchi ouvrit les yeux et bougea avec difficultés le bras pour retirer le drap blanc qui gênait sa vue. Quand il vit Mayu a moitié mort contre son torse il se jeta sur le bout de drap qu’il venait de retirer de son visage et fit un garrot pour que le sang ne coule plus. Les infirmiers sortirent de leur torpeur, cette scène surhumaine les avait paralysés. On s’affaira alors autour des deux amoureux, l’état ayant été rapidement stabilisé.

Lorsque Mayu se réveilla, il vit a coté de lui son Kikuchi qui veillait. Il se redressa difficilement sur son lit et sauta au cou de son revenant adoré en pleurant. Ce dernier serra doucement Mayu contre lui, les yeux lui aussi rougis de larmes.
- Kikuchi, tu vas bien ? J’ai vraiment cru que tu étais mort, j’ai eu si peur ! Ne me refais plus jamais ça.
- Je te le promets. Pendant ton coma Takumi est venu s’excuser. C’est lui qui m’avais dit que tu me trompais. Il était tellement sincère que je lui ai pardonné.
- Comment !!?? Celui là si je le vois je le pulvérise, je le massacre, je le…
- Non !
- Pourquoi ? C’est de sa faute si j’ai failli te perdre.
- On a eu assez de blessés pour le moment, embrasse-moi et n’en parlons plus. dit Kikuchi avec un sourire rayonnant aux lèvres.
- Tout ce que tu veux mon amour.


© Yoshu (2004-2019)
Dernière mise à jour le 9 février 2016